Top Social

Mes ex-banques & moi

mardi 14 juin 2016


Habituée à faire des achats sur le web, à utiliser les services dématérialisés dès que c'est possible, c'est tout naturellement que je suis passée à la banque en ligne il y a plus de 3 ans. 

En réalité, pas vraiment naturellement, ce sont plutôt mes expériences assez calamiteuses avec les banquiers qui font que j'ai fui. Quitte à avoir un mauvais service, autant qu'il soit gratuit.

Un peu frileuse au début, je suis restée plusieurs mois avec mon compte toujours ouvert à la Société Générale et un compte chez ING. J'étais un peu surprise que cela soit gratuit avec autant de services : je voulais être certaine qu'il n'y avait pas des conditions, avec des phrases compliquées écrites en tout petit au bas du contrat et que je n'aurais pas lues. A cette époque, ce n'était pas vraiment répandu et personne dans mon entourage n'avait sauté le pas pour la banque en ligne.

Mes deux comptes continuaient leurs vies, j'attendais ING au tournant et c'est en fait la Société Générale qui m'a poussée dans les bras d'ING et m'a donné l'ultime raison de partir. 

Petite précision sur mon profil : j'ai une utilisation assez simple de mon argent. Une carte à débit immédiat, de l'épargne, 0 emprunt. Je consulte mes comptes quasiment tous les jours, je sais toujours combien j'ai sur mon compte et je suis capable d'identifier chacun des paiements que je fais.

Je consultais donc mon compte SG régulièrement pour vérifier que je n'avais pas oublié un prélèvement, et là je vois que un prélèvement de 15 euros. De la banque. J'appelle, on me met en attente et après 10 minutes, on me dit que j'ai dû souscrire à une offre pour recevoir mon relevé papier par quinzaine, ce qui coûte 15 euros par an. J'ai calé un rendez-vous dans la foulée pour fermer le compte.

Une fois arrivée au rendez-vous de la libération, j'ai expliqué que je n'avais pas souscrit ce service. La conseillère m'explique que j'ai dû y souscrire sans le faire exprès. 

Ah.

Je consultais mes comptes via leur application, alors soit mon index a coché une case et confirmé une commande à mon insu, soit j'ai un très gros index, soit il est doué de son propre libre-arbitre. Quand je lui ai demandé de m'indiquer la preuve de la souscription à ce service, j'ai finalement pu avoir le remboursement de la somme, à défaut de savoir à quel moment et comment mon index malveillant avait fauté.

On enchaîne sur la fermeture du compte. Je la laisse taper sur sa machine. Puis, elle me dit que c'est fait. Je suis étonnée, elle ne me tend rien à signer. Je lui demande un papier pour confirmer, surtout que visiblement à la Société Générale, ils aiment bien les papiers.

Réponse : "Mais vous avez bien vu, j'ai fermé le compte". 

Non seulement j'ai des index qui vivent en toute indépendance mais en plus je peux apparemment lire l'écran dans le reflet de lunettes qu'elle ne porte pas...

J'ai tout de même pu avoir un papier me confirmant la suppression du compte qu'elle a lâché dans un soupir d'exaspération. Je me suis demandé si elle n'allait pas le facturer.

Avec la Société Générale, j'avais aussi eu le coup du conseiller qui veut vous rencontrer. J'y étais allée, naïve, pensant "service", "proximité. En réalité il voulait me coller ses produits, et notamment son assurance auto, qui était exactement 2 fois plus chère que la mienne. Sans oublier le changement de conseiller : c'est le prétexte pour une rencontre avec les clients de son portefeuille et effectuer une nouvelle tentative de placement de produits.

Une autre fois, je vais à la banque pour déposer de l'argent liquide. C'est un peu l'intérêt des banques physiques. Je me suis faite refouler : la banque était ouverte mais pour les dépôts c'était fini. Quand j'ai demandé comment je pouvais faire, il m'a dit d'aller dans une autre banque, qui était à 15 km. Je ne pouvais déposer mon argent liquide que pendant les heures où je travaillais.

Pour le service, on repassera. Comment ils disent déjà.. ah oui, "Développons ensemble l'esprit d'équipe". 

Une autre fois, je m'aperçois d'un règlement frauduleux prélevé sur mon compte. J'appelle ma banque pour leur dire et savoir quoi faire. Je dois porter plainte, sinon ils ne remboursent pas. Le montant était peu élevé et à l'époque, j'étais peu en France, j'ai donc laissé tomber ces quelques euros.

J'ai appris récemment que lorsque l'on signale un débit frauduleux, la banque doit rembourser, c'est à elle de porter plainte, en application de l’article L113-18 du Code monétaire et financier.


Comment je me suis sentie en l'apprenant


Toujours à la Société Générale mais dans une autre agence, je patiente que l'accueil se libère. Une cliente parle de ses enfants, la standardiste parle des maladies de son enfant, et c'est visiblement un sujet intarissable. Au bout de 10 minutes et parce qu'on commençait à être 3 à subir ce dialogue, une conseillère sort de l'ombre où elle espérait visiblement rester tapie.

Je demande comment cela se passe pour l'ouverture de compte pour une micro entreprise, si l'on doit ouvrir un compte pro. Elle me dit que non, on peut rester la première année sur le même type de contrat que pour un particulier. Je lui dis que je ne veux pas de CB tout de suite, et là, elle me sort qu'elle n'ouvre pas de compte s'il n'y a pas de carte bleue (en sachant que le compte est payant, il y a des frais de tenue de compte). Je suis un peu surprise, je demande pourquoi.

Réponse épique :

- "Parce que sinon, on ne vous verra jamais."

Mince. C'est vrai qu'avec l'accueil reçu, on aimerait revenir.

J'ai répondu que justement cela m'allait très bien de ne jamais les voir. Inutile de dire que je n'ai pas pris de compte pro chez eux. Ni au Crédit Agricole, qui n'a pas su me renseigner sur les tarifs et conditions. Alors qu'il cherchait mécaniquement dans ses dépliants celui qu'il pourrait me tendre pour se débarrasser de moi, il me demande :

- "Vous avez regardé sur Internet ?"

Oui, et c'est pour ça que je viens chez vous, parce que votre site est aussi clair que du pipi de poney mais vous comprenez, il paraît que j'ai une vue un peu bizarre.

Bon j'avoue, j'ai menti, j'ai dit que non, je n'avais pas regardé. J'étais pressée d'arrêter de perdre mon temps. 

Je suis passée à la banque en ligne, j'en ferai un autre billet, et depuis trois ans, aucun souci.

Enfin rassurez-vous, pas n'importe quelle banque en ligne, je n'allais pas choisir Boursorama, du groupe Société générale. Je leur laisse volontiers leur esprit d'équipe.
Post Comment
Enregistrer un commentaire

Auto Post Signature

Auto Post  Signature